Présentation

ReForm, association sans but lucratif reconnue en tant qu’Organisation de Jeunesse par la Fédération Wallonie-Bruxelles

ReForm, service de jeunesse

La finalité d’un service de jeunesse comme ReForm est de contribuer au développement des responsabilités et aptitudes personnelles des jeunes en vue de les aider à devenir des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires.

ReForm est active dans le domaine de l’animation directe et de l’initiation des jeunes à des modes d’expression socioculturels en leur permettant de participer activement à la vie culturelle et sociale et en les associant aux processus de développement des projets depuis l’élaboration jusqu’à l’évaluation.

La mission principale de l’association est d’aider les jeunes à trouver leur place dans la société et d’en devenir acteurs à part entière. ReForm s’inscrit dans le champ de l’Éducation permanente* par la mise en œuvre d’activités régulières d’animation/formation permettant aux jeunes de développer leurs responsabilités et leurs compétences

En toile de fond de notre action, il y a une approche citoyenne, permettant l’apprentissage des droits et devoirs, respectant la diversité et la liberté, promouvant l’émancipation et suscitant le débat et la réflexion.

Nous nous inscrivons dans une perspective pluraliste d’ouverture. Nous encourageons les échanges intergénérationnels, interculturels, les interactions entre publics issus d’horizons différents, véhiculons des valeurs de respect et de tolérance en vue de renforcer le vivre-ensemble.

ReForm a été fondée à Bruxelles le 23 janvier 1974. Son siège social est fixé en Fédération Wallonie-Bruxelles (rue de Paris, 1 à 1050 Bruxelles) et cinq régionales sont actuellement reconnues : Bruxelles-Capitale (Ixelles), Brabant wallon (Nivelles), Hainaut (Silly), Namur (Champion) et Liège (Heusy).

ReForm est membre de Jeunes & Libres, fédération des Organisations de Jeunesse libérales, qui coordonne les activités de toutes les organisations, groupements, services de jeunesse qui se réclament de la doctrine libérale.

*Le décret fixant les conditions d’agrément et d’octroi de subventions aux Organisations de Jeunesse (2009) donne la définition suivante : L’Éducation permanente est le processus relevant de l’éducation non formelle qui vise l’exercice et le développement de la citoyenneté des jeunes, en favorisant les attitudes critiques, responsables, actives et solidaires. L’éducation permanente s’exerce dans les dimensions sociales (apprentissage du vivre ensemble), culturelles (décodage et expression sur la société) et politiques.

 

Une Organisation de Jeunesse, c’est quoi?

Les Organisations de Jeunesse constituent un pilier majeur de la vie culturelle et associative et jouent un rôle de premier ordre dans la politique de la jeunesse. Il s’agit d’associations volontaires s’adressant à un public majoritairement composé de jeunes de moins de 30 ans qui contribuent au développement par les jeunes de leurs responsabilités et de leurs aptitudes personnelles. Elles sont encadrées par des équipes d’animation composées de permanents, de travailleurs, et de volontaires.

Ces collectivités ont pour objectif de former leurs bénéficiaires pour qu’ils deviennent des Citoyens Responsables Actifs Critiques et Solidaires, les CRACS. Ce faisant, elles œuvrent dans le domaine de l’Éducation permanente (élaborer, échanger leur vision de la société et agir collectivement) et s’assurent de respecter les valeurs d’égalité, de mixité, de démocratie et de solidarité.

N’importe quelle association ne peut pas se prétendre O.J. Il s’agit d’un « label » accordé par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui octroie des droits (subventions, place dans les organes d’avis, …) mais aussi des devoirs (critères spécifiques à remplir) qui sont régis par le décret du 26 mars 2009.

Plus d’infos sur les Organisations de Jeunesse: http://www.organisationsdejeunesse.be.

 

Conseil d’administration / AG

Président 

LIGOT Bernard

Vice-président

PICONE Mehdi

Administrateur délégué

TEMPELHOF Pierre

 

Membres de l’AG :

CALOMNE Gautier

PAULET Arnaud

WEYTSMAN David

Administrateurs :

BOUCHEZ Georges-Louis

CABELLO PEREZ Nancy

COCRIAMONT Benjamin

DOCQ Nicolas

DUTRY Antoine

HERBAUX Violaine

KNAEPEN Paulien

LIGOT Bernard

Administrateurs :

MAES Elliott

PICONE Mehdi

REBELLA Damien

STASSE Marie

TEMPELHOF Pierre

TEMPELHOF Florence

Devenir membre de Reform

1. MEMBRE DE REFORM

Cotisation annuelle de 15 €

Votre cotisation annuelle de 15 € vous permettra de recevoir notre magazine, d’être informé en priorité de nos événements et de bénéficier de réductions sur nos activités (avantages membres). Cette cotisation représente un réel soutien à notre action.

Devenez membre en versant 15 € sur notre compte BE17 3100 1484 4221

2. MEMBRE D’HONNEUR DE REFORM

Cotisation annuelle de 15 € + don d’au moins 40 €

Vous payez votre cotisation annuelle de 15 € (vous bénéficiez des avantages qu’offre le statut de membre) et vous effectuez un don d’au moins 40 €* au profit de notre association. Vous deviendrez alors membre d’honneur de notre association. Nous publierons la liste de nos donateurs dans notre magazinetrimestriel.

Devenez membre en versant 15 € + votre don sur notre compte BE17 3100 1484 4221

* Tout don d’au moins 40 € fera l’objet d’une déduction fiscale pour laquelle nous vous fournirons une attestation.

En devenant membre de notre association, vous soutenez notre action de terrain auprès des jeunes de la Fédération Wallonie-Bruxelles ! N’hésitez pas à contacter nos régionales pour plus d’informations.

Publications : ReForm Mag

Janvier 2019

Avril 2019

Juillet 2019

Octobre 2019

Janvier 2018

Avril 2018

Juillet 2018

Octobre 2018

Janvier 2017

Avril 2017

Juillet 2017

Octobre 2017

Publications : Smart.Use

Enquête sur l’usage du smartphone chez les jeunes de 12 à 18 ans

#1 | Qui, quoi, pourquoi ?

En 2016, ReForm a travaillé à la réalisation d’une enquête sur l’usage du smartphone chez les 12-18 ans.

Parmi les objectifs poursuivis par notre association figure la publication d’études et d’enquêtes sur des sujets d’intérêt général ou de société. C’est dans ce cadre que nous avons souhaité inscrire notre projet qui s’ajoute à nos publications antérieures sur « Les jeunes et le contrôle de l’image » et « Les jeunes et la commune ».

#2 | Constats

Tout le monde sait que l’outil de communication que constitue le smartphone est de plus en plus présent chez les adolescents, qu’ils ne le lâchent plus, un peu comme s’il était greffé au bout de leurs doigts.

Au-delà de son apport fabuleux à la socialisation des jeunes à qui il permet, en quelques manipulations, de communiquer, d’envoyer une photo à l’autre bout du monde, d’acheter un billet de train voire d’effectuer un payement, il pose néanmoins une série de questions de natures sociologique, psychologique et de santé.

C’est pourquoi, avec l’aide du Professeur René Pattesson, docteur en psychologie et Directeur du CPSO (Institut de Sociologie de L’ULB) spécialiste des dépendances et des addictions, nous avons souhaité faire un état des lieux de l’utilisation de ce moyen de communication : son impact éventuel sur la santé mentale des jeunes et des adolescents, ses conséquences sur leur scolarité, sur la manière dont se vivent les liens sociaux ou sur les risques d’isolement.

#3 | Focus groupe

Notre enquête a pour but de réunir des informations actualisées et d’émettre des recommandations à destination des milieux éducatifs, des parents, des intervenants sociaux, des acteurs de la santé et, bien évidemment, du monde politique.

Nous avons voulu la mener en totale interaction avec les jeunes eux-mêmes. Plusieurs d’entre eux ont été partenaires dans la rédaction du questionnaire, au travers de différents « focus groupe » qui se sont déroulés en avril de cette année et dans lesquels ils pouvaient s’impliquer sur une base volontaire.

Ainsi, ce sont près de 30 jeunes qui ont participé à ces ateliers en Fédération Wallonie-Bruxelles, ce qui a permis de mieux cerner leurs habitudes actuelles et réelles à propos de l’usage du smartphone.

La deuxième partie de l’enquête a consisté dans la tenue par les jeunes eux-mêmes d’un « carnet de bord » pendant une quinzaine de jours où ils notaient leur utilisation quotidienne permettant ainsi d’avoir des renseignements plus précis sur la dynamique d’utilisation du smartphone, sur la durée de son utilisation, sur l’attitude de leur environnement (parents, amis…) à cet égard, etc.

Ces deux premières étapes de notre enquête, grâce à leur méthodologie et à leur volonté d’impliquer les jeunes dans tout le processus, en ce compris l’élaboration du questionnaire et la réflexion personnelle sur leurs propres comportements, sont donc directement en phase avec l’une des volontés déclarées du décret jeunesse, à savoir former des citoyens responsables, actifs, critiques et solidaires (CRACS).

#4 | 2.000 jeunes interrogés

La troisième partie de l’enquête, a consisté dans la réalisation de l’enquête sur base de questionnaires dans le milieu scolaire. A cette fin nous avons sollicité les 500 établissements scolaires secondaires de Bruxelles et de Wallonie. Le but, exprimé en termes quantitatifs étant de réunir au minimum 1.500 réponses venant de jeunes et d’adolescents.

L’ASBL ReForm (Recherche et Formation socioculturelles) est un service de jeunesse reconnu et soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Commission communautaire française (COCOF) et l’Office de la Naissance et de l’Enfance (ONE). Elle est également membre de Jeunes & Libres (Fédération des Organisations de Jeunesse Libérales)